La dialyse à domicile, une technique plus sûre grâce à une découverte belge

La dialyse à domicile, une technique plus sûre grâce à une découverte belge

De plus en plus de personnes souffriront d’une grave maladie rénale dans les années à venir. Et le traitement de cette maladie chronique passe par la dialyse, y compris à domicile, qui est toujours pratiquée. Une découverte des chercheurs des cliniques de l’UCLouvain et de Saint Luc va cependant rendre cette technique à domicile beaucoup plus sûre et accessible au plus grand nombre.

L’insuffisance rénale chronique a augmenté de 20 à 30 % au cours des 30 dernières années et touche aujourd’hui 700 millions de patients dans le monde. En Belgique, on dénombre environ 10 000 personnes atteintes de cette maladie grave pour laquelle il existe deux types de traitement par dialyse : l’hémodialyse pratiquée par environ 9 000 patients en Belgique et la dialyse péritonéale qui concerne près de 1 000 personnes qui la pratiquent à domicile.

Moins handicapant

Comme Bernard Rémy. Ce Tournaisien a été diagnostiqué d’une maladie rare à l’âge de 18 ans. Aujourd’hui, il a 54 ans et il attend toujours une greffe de rein. Mais il a choisi la dialyse péritonéale à domicile, une pratique moins lourde et plus confortable pour le patient : « J’avais le choix entre l’hémodialyse et la dialyse à domicile.

J’ai choisi cette pratique qui m’oblige à effectuer la ponction d’eau dans les reins trois fois par jour manuellement est exigeant mais cela me permet de travailler tout à fait normalement alors que l’hémodialyse m’obligerait à me rendre à l’hôpital 3 fois par semaine avec des effets secondaires, comme une fatigue extrême, qui sont beaucoup plus handicapantes. ”

Un facteur génétique dangereux

Une technique largement utilisée aux USA et à Hong Kong mais qui avait ses inconvénients : certains patients sont décédés sans que personne ne comprenne pourquoi.

Grâce à la découverte du Pr Olivier Devuyst de l’UCLouvain, associé aux Prs Morelle et Goffin des Cliniques Saint-Luc, on connaît désormais la cause de ces décès.

Les chercheurs ont identifié un facteur génétique qui rend la dialyse péritonéale moins efficace dans le transport de l’eau qui est la clé de la dialyse.

Cette altération est présente chez 15 % de la population qui présente un risque accru de décès.

Grâce à cette découverte, nous pouvons désormais identifier en toute sécurité le facteur génétique dangereux et appliquer un traitement approprié. Et ainsi éliminer le risque de décès. Aujourd’hui, cela concerne encore peu de patients en Belgique.

Dialyse à domicile

La dialyse à domicile n’est encore pratiquée que par 10 % des patients mais avec l’explosion prévisible du nombre d’insuffisances rénales dans les années à venir, cette découverte prendra de plus en plus d’importance car elle ouvre la voie à de nouveaux essais cliniques, au développement de nouveaux traitements en améliorant la technique de dialyse péritonéale.

Un pas en avant vers une médecine de précision pour les patients insuffisants rénaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »