Les symptômes de la variante Delta diffèrent du COVID-19 traditionnel – Voici ce qu’il faut surveiller

Les symptômes de la variante Delta diffèrent du COVID-19 traditionnel - Voici ce qu'il faut surveiller

Nous vivons dans un monde COVID depuis plus de 18 mois maintenant. Au début de la pandémie, les agences gouvernementales et les autorités sanitaires se sont empressées d’informer les gens sur la façon d’identifier les symptômes du virus.

Mais à mesure que le virus a évolué, il semble que les symptômes les plus courants aient également changé.

Les données émergentes suggèrent que les personnes infectées par la variante Delta – la variante à l’origine de la plupart des cas actuels et très répandue dans le monde – présentent des symptômes différents de ceux que nous associons généralement au COVID plus tôt dans la pandémie.

Nous sommes tous différents

Les humains sont dynamiques. Avec nos différences viennent différents systèmes immunitaires. Cela signifie que le même virus peut produire différents signes et symptômes de différentes manières.

Un signe est quelque chose qui est vu, comme une éruption cutanée. Un symptôme est quelque chose qui est ressenti, comme un mal de gorge.

La façon dont un virus provoque une maladie dépend de deux facteurs clés :

  • les facteurs viraux incluent des éléments tels que la vitesse de réplication, les modes de transmission, etc. Les facteurs viraux changent à mesure que le virus évolue.
  • les facteurs d’accueil sont spécifiques à l’individu. L’âge, le sexe, les médicaments, l’alimentation, l’exercice, la santé et le stress peuvent tous affecter les facteurs liés à l’hôte.

Ainsi, lorsque nous parlons des signes et symptômes d’un virus, nous faisons référence à ce qui est le plus courant. Pour le vérifier, nous devons collecter des informations sur des cas individuels.

Il est important de noter que ces données ne sont pas toujours faciles à collecter ou à analyser pour s’assurer qu’il n’y a pas de biais. Par exemple, les personnes âgées peuvent présenter des symptômes différents de ceux des personnes plus jeunes, et la collecte de données auprès des patients d’un hôpital peut être différente de celle des patients d’une clinique de médecine générale.

Alors, quels sont les signes et symptômes courants de la variante Delta ?

En utilisant un système d’auto-déclaration via une application mobile, les données du Royaume-Uni suggèrent que les symptômes COVID les plus courants peuvent avoir changé par rapport à ceux que nous associons traditionnellement au virus.

Les rapports ne tiennent pas compte des variantes de COVID dont les participants sont infectés. Mais étant donné que Delta prédomine actuellement au Royaume-Uni, il y a fort à parier que les symptômes que nous voyons ici reflètent la variante Delta.

Les cinq symptômes actuels du COVID (Toutes variantes incluses)

-Mal de tête

– Mal de gorge

-Nez qui coule

– Fièvre

-Toux persistante

Alors que la fièvre et la toux ont toujours été des symptômes courants du COVID, et que les maux de tête et de gorge se présentent traditionnellement chez certaines personnes, un écoulement nasal a rarement été signalé dans les données antérieures. Pendant ce temps, la perte de l’odorat, qui était à l’origine assez courante, se classe maintenant au neuvième rang.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles nous pourrions voir les symptômes évoluer de cette façon. C’est peut-être parce que les données provenaient à l’origine principalement de patients se présentant à l’hôpital qui étaient donc susceptibles d’être plus malades. Et étant donné les taux plus élevés de couverture vaccinale dans les groupes d’âge plus âgés, les jeunes représentent désormais une plus grande proportion des cas de COVID, et ils ont tendance à présenter des symptômes plus légers.

Cela pourrait aussi être dû à l’évolution du virus et aux différentes caractéristiques (facteurs viraux) du variant Delta. Mais pourquoi exactement les symptômes pourraient changer reste incertain.

Bien que nous ayons encore plus à apprendre sur la variante Delta, ces données émergentes sont importantes car elles nous montrent que ce que nous pourrions considérer comme un simple froid hivernal – un nez qui coule et un mal de gorge – pourrait être un cas de COVID-19 .

Ces données mettent en évidence le pouvoir de la science publique. Dans le même temps, nous devons nous rappeler que les résultats n’ont pas encore été entièrement analysés ou stratifiés. C’est-à-dire que les « facteurs de l’hôte » tels que l’âge, le sexe, d’autres maladies, les médicaments, etc. n’ont pas été pris en compte, comme ils le feraient dans un essai clinique rigoureux.

Et comme c’est le cas pour toutes les données autodéclarées, nous devons reconnaître qu’il peut y avoir des défauts dans les résultats.

Nous avons tous un rôle à jouer

Des preuves indiquant que Delta est plus infectieux que le SRAS-CoV-2 d’origine et d’autres variantes du virus se développent.

Il est important de comprendre que l’environnement est également en train de changer. Les gens sont devenus plus complaisants avec la distanciation sociale, les saisons changent, les taux de vaccination varient – tous ces facteurs affectent les données.

Mais les scientifiques sont de plus en plus convaincus que la variante Delta représente une souche SARS-CoV-2 plus transmissible.

Alors que nous faisons face à une autre bataille contre le COVID en Australie, on nous rappelle que la guerre contre le COVID n’est pas terminée et que nous avons tous un rôle à jouer. Faites-vous tester si vous présentez des symptômes, même si ce n’est « qu’un reniflement ». Faites-vous vacciner dès que possible et suivez les conseils de santé publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »