Une étude examine le mouvement chez les enfants autistes

Une étude examine le mouvement chez les enfants autistes

Depuis plus d’un an, des chercheurs de l’université du Texas au laboratoire de recherche et d’analyse du mouvement Stanley E. Fulton Gait d’El Paso du Collège des sciences de la santé utilisent l’animation 3D en temps réel pour étudier les déficiences motrices chez les enfants atteints de troubles du spectre autistique. (ASD). Leur objectif est de comprendre comment les enfants autistes peuvent acquérir des habiletés motrices, afin qu’ils puissent recevoir des thérapies efficaces.

Les résultats de leur étude, intitulée “Les enfants atteints d’autisme présentent des réponses plus individualisées à l’animation en direct que les enfants en développement typique”, ont récemment été publiés dans le journal des compétences perceptuelles et motrices.

“Le plus grand point à retenir de cette étude est que lorsqu’il enseigne ou entraîne de nouveaux mouvements à une personne autiste, l’enseignant ou l’entraîneur doit comprendre les caractéristiques d’apprentissage moteur spécifiques de la personne autiste”, a déclaré Jeffrey Eggleston, Ph.D., professeur adjoint de directeur du laboratoire de kinésiologie et de la démarche. Il est l’auteur principal de l’étude. “Ils doivent examiner spécifiquement les besoins de chaque enfant parce que chaque enfant est différent.”

Les autres auteurs de l’étude comprennent Alyssa N. Olivas, étudiante au programme de doctorat en génie biomédical; Heather R. Vanderhoof et Emily A. Chavez, étudiantes au programme de doctorat interdisciplinaire en sciences de la santé (IHS); Carla Alvarado, M.D., psychiatre certifiée par le conseil d’administration ; et Jason B. Boyle, Ph.D., professeur agrégé et président intérimaire de la kinésiologie à l’UTEP.

Plus de 80 % des enfants atteints de TSA ont des problèmes de motricité globale, tels que des problèmes d’équilibre et de coordination, qui peuvent interférer avec leur communication et leurs interactions sociales.

L’étude UTEP de 18 mois a incorporé un biofeedback d’animation en direct pour enseigner à 15 enfants atteints de TSA et âgés de 8 à 17 ans comment faire un squat, un exercice de force qui fait travailler plusieurs groupes musculaires dans les membres inférieurs du corps.

Les chercheurs ont comparé leurs schémas de mouvement à ceux des enfants sans trouble. Ils ont découvert que les enfants atteints de TSA présentaient des réponses très individualisées au biofeedback de l’animation en direct, bien plus que les enfants avec un développement typique, a déclaré Eggleston.

Dans le laboratoire, les enfants avaient des cubes de 1 pouce appelés capteurs d’unité de mesure inertielle (IMU) attachés à leur bassin, leurs cuisses, leurs jambes et leurs pieds. Ils ont suivi un modèle d’animation sur un écran d’ordinateur, qui leur a montré comment s’accroupir. Les enfants essaieraient alors d’effectuer le squat sans regarder l’animation.

Les capteurs IMU ont capturé le mouvement des membres inférieurs de l’enfant. Les données ont été transmises à un programme d’infographie via Bluetooth, qui a été transposé en une animation squelettique de l’enfant accroupi puis se redressant sur l’écran de l’ordinateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »