Le dinar tunisien est proche de son plus bas niveau depuis un an et demi face au dollar

Le dinar tunisien est proche de son plus bas niveau depuis un an et demi face au dollar

Le taux de change du dinar tunisien, face au dollar américain, a baissé lors des échanges de mercredi soir, à 2,90 dinars pour un dollar, un taux qui est proche du seuil le plus bas de la monnaie locale, depuis avril 2020.

C’est ce qui ressort d’une enquête menée par l’agence Anadolu sur l’évolution du taux de change du dinar, enregistrée par le site internet « investir », spécialisé sur les taux de change mondiaux.

Les données de la Banque centrale de Tunisie, publiées sur son site Internet jeudi, indiquaient que le taux de change de la monnaie locale contre le dollar, était de 2,90 dinars (pour un dollar) hier, mercredi, contre 2,85 dinars au début de ce mois.

Le suivi du cours sur le site « Investir », a montré que le taux de change du dollar sur le marché tunisien a atteint 2.901 dinars, en début de séance de ce jeudi.

En revanche, la valeur du taux de change du dinar a bénéficié d’une certaine amélioration par rapport à l’euro, la monnaie européenne, qui se situait autour de 3,28 dinars pour un euro, au début de ce mois. , pour clôturer la transaction à 3,27 dinars lors de la séance de mardi dernier.

L’économie tunisienne souffre de nombreuses difficultés, le déficit budgétaire ayant atteint 2,63 milliards de dinars (soit 947,1 millions de dollars), au cours des sept premiers mois de cette année.

Selon un rapport du ministère de l’Économie et des Finances, le déficit budgétaire devrait atteindre 7,94 milliards de dinars (soit 2,85 milliards de dollars) sur l’ensemble de 2021, ce qui équivaut à 6,6% du PIB.

La Tunisie doit mobiliser des ressources supplémentaires d’une valeur de plus de 10 milliards de dinars (soit 3,59 milliards de dollars), jusqu’à la fin de l’année 2021.

Le pays a emprunté 8,78 milliards de dinars (soit 3,15 milliards de dollars) pour couvrir le déficit budgétaire de cette année.

Le gouvernement devrait annoncer le projet de loi de finances 2022 plus tard cette année au milieu des inquiétudes sur la réticence des pays et des institutions internationales à financer le déficit, avec des dons et des prêts, et ce dans un contexte de crise politique que traverse actuellement le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »